Le mot du bureau.

Certificat médical pas obligatoire mais......

Article à paraître

Aspects médicaux.

Boire et randonner.

Déshydratation, crampes, insolation, coup de chaleur, médicaments…..lisez ce qui suit.

1. Quels sont les besoins en eau de l'organisme ?

·        * Les besoins de base quotidiens : 1,5 l.

·      *  Les besoins dus à l’effort en période normale : en 3 heures de randonnée en plaine, 1,250 l. d’eau. 

·         *Les besoins liés aux conditions climatiques :Température et humidité /sécheresse de l’air modifient les besoins. A titre d’exemple, les moines tibétains absorbent, sur leurs hauts plateaux, en dehors de tout exercice, en moyenne 35 tasses de thé par jour, soit près de 8 litres….).

 

2. Comment compenser les pertes en eau ?

·        

Quand boire ?

*Avant le départ : bien s’hydrater.

*Pendant la marche : mieux vaut boire quelques gorgées toutes les demi-heures (ou plus souvent si nécessaire), plutôt qu’une grande quantité lors de pauses moins fréquentes.
Il ne faut surtout pas attendre d’avoir soif pour boire !

*Après en arrivant : boire abondamment pour compenser le déficit.

·        

Que boire ?

*Tout ce qui contient de l’eau, les boissons dites énergétiques, le café, le thé, le bouillon et même l’eau … de la fontaine ou du ruisseau (dans ces cas, ne pas oublier d’ajouter une petite tablette désinfectante et laisser agir une heure pour rendre l’eau potable).

*Pas d’alcool. 

On ne boit jamais trop, l’excédent est éliminé sans inconvénient. 

 

3. Comment se manifeste la déshydratation?

Tout d’abord une fatigue intense, inexpliquée.

La soif, parfois mais pas toujours.
Peu ou   pas d’urines émises, de coloration foncée.

 

4. Quels sont les accidents liés à la déshydratation ?

 

·                     Les crampes de chaleur
Que faire
 ? Étirer progressivement le membre atteint jusqu’à l’allonger, la douleur va s’apaiser ; Repos et réhydratation abondante.

 

·                     L’insolation
*Causes : chaleur importante, le plus souvent avec un fort ensoleillement, et déshydratation intense.
* Que ressent-on ? Au repos , une fatigue intense avec souvent de violents maux de tête, nausées, sueurs froides. La peau est humide et froide, la température est normale.

Que faire
 ?
Repos pendant au moins douze heures dans un endroit frais et obscur.
Compensation progressive du déficit tant en eau qu’en sels minéraux : eau gazeuse, coca, bouillon, avant de reprendre une activité très progressivement.

 

·                     Le coup de chaleur hyperthermique : on peut en mourir
*Causes : Il n’y a pas forcément du soleil, mais la température ambiante est souvent élevée avec parfois une grande humidité.

* Que ressent-on ? Mêmes signes que pour l’insolation mais avec deux différences majeures : La peau est sèche, la température est élevée.
Que faire
 :
Placer en position latérale de sécurité, refroidir par tous les moyens possibles (linges froids, bains froids) et immédiatement appeler les secours.

 

5. Quelles autres précautions, à part boire ?


Ce sont les règles de bon sens !
-  Pas de randonnée aux heures les plus chaudes en été ;
- Le vêtement adapté à chaque moment, pour ne pas prendre froid mais aussi de ne pas avoir trop chaud ; c’est vrai, en fonction du moment, on passe son temps à mettre des couches et à les retirer !

 

6. Attention à certains médicaments  qui ne font pas bon ménage avec la chaleur. Parlez en avec votre médecin.

 

 

Comment traiter les tiques

enlever tique.pdf
Document Adobe Acrobat 607.2 KB

Urgence: Piqûres répétées de frelons

Un de nos membres a fait connaître le risque de choc anaphylactique qu'il court suite à des piqûres répétitives de frelons.

* Il a en permanence dans son sac un traitement d'urgence.  Il en dispose pour lui même et si nécessaire pour toute autre personne en cas de besoin.Il s'agit d'un auto injecteur d'adrénaline qui peut être administré par chacun d'entre nous sans compétence médicale.

 

L'injection d'Anapen doit être effectuée en intramusculaire, sans attendre, uniquement dans la face antérieure  et latérale de la cuisse et non dans le muscle fessier.

Si nécessaire, l'injection peut être pratiquée à travers le vêtement lorsqu'il est en tissu léger. Pas besoin de désinfecter la peau compte tenu de l'urgence.


Remettre le bouchon noir protecteur de l'aiguille en place après utilisation).La zone d'injection peut être massée légèrement pendant 10 secondes après l'administration. 

* Mesures complémentaires:

  • allonger la victime
  • la rassurer
  • compte tenu des antécédants,même en absence de signes d’état de choc (sueurs, anxiété, respiration haletante, extrémités froides, …) ALERTER LES SECOURS (SAMU, POMPIERS)